Comment savoir qui Je Suis ?

Mis à jour : 21 oct. 2020


Dans le couple ou dans une relation amicale, il est impossible de connaître parfaitement l’autre. Après quelques années ensemble, on se rend compte qu’il ou elle n’est plus tout-à-fait ce qu’il paraissait être. Parfois, nous l’accusons d’avoir été malhonnête, voire même hypocrite. En réalité, il n’est déjà pas toujours simple de se connaître soi-même, de savoir ce que l’on veut et ce qui nous fait vibrer, mais à cela se rajoute le fait que nous vivons régulièrement des transformations, ce qui peut désorienter notre environnement social ou familial. Quel sens donc donner à la question "Qui Je Suis ?" ? Voici une approche.




Comment trouver mon vrai Moi ?

S’il y a une chose que je ne supporte pas sur la route, ce sont les voitures qui roulent à plus de 30km/h à l’intérieur des ronds-points. J’ai eu mon permis en 2012, et mes moniteurs m'ont toujours dit qu’un rond-point, c’est limité à 30km/h. Vraie ou fausse, aurais-je été si souvent en colère sur la route si je n’avais pas eu cette information ? Le monde pour moi se séparait en deux catégories : ceux qui savent conduire, et ceux qui ne respectent pas la limitation de vitesse sur les ronds-points. Chaque fois que je croisais les premiers, ma journée s’égayait, alors que mon humeur se détériorait en croisant les seconds. Quelque soit le principe ou la valeur morale que l’on a appris, le processus est toujours le même. Au commencement, je suis vide de toute information, jusqu’au jour où, à l’école, par l’éducation de mes parents ou par ma propre expérience de la vie, une information nouvelle va s’installer en moi comme une vérité et s’intégrer comme une partie constituante de ma personnalité, mon petit moi. Le petit moi, l’égo, a besoin de vérité, de rationaliser selon sa logique, pour construire une base sécurisante. De même, lorsqu’un fait se produit qui contredit l’une de ses vérités, la seule vérité qui devait exister n’est plus la seule à s’énoncer, le petit moi est déstabilisé. De l’impuissance, temporaire ou non, à trouver une autre explication, va mener à l’agacement. Mais au commencement, rappelez-vous : j’étais vide de toute information. Mais j’existais et je vivais. Qui étais-je alors ? C’est ici que se trouve mon véritable Moi, celui qui existe de façon absolue, quelque soit l’éducation que j’ai reçue. Enfant, jusqu’à nos trois ans, nous vivions toutes les expériences sans les analyser à travers le filtre de la peur de revivre des émotions difficiles. Une expérience nous rendait triste, et l’instant d’après tout était oublié. Mais ce lâcher-prise, nous ne le pratiquions pas consciemment. Et si le but de notre incarnation était de parvenir consciemment à vivre les expériences pour ce qu’elles sont, de devenir un adulte avec la sagesse de l’enfant ?



Qu’est-ce que la dualité ?

Je me suis construit avec cette limitation de vitesse et avec bien d’autres "vérités". Du point de vue de mon petit moi, je sais que je ne suis pas le non-respect de la limitation de vitesse. Moi, je suis l’autre gars; son contraire. Séparer mon monde en deux catégories m’a permis de me situer par rapport à ce que je ne suis pas, par comparaison à autre chose. Cela m’aide à prendre conscience de qui je suis, et cette connaissance est simultanée à la prise de conscience des éléments qui m’environnent, grâce auxquels je me distingue.



En numérologie, la chronologie des nombres symbolise la genèse du monde créé. Cette citation de René Allendy, dans le symbolisme des nombres, parle de cette chronologie des nombres de 0 à 2 : "Quand l’Absolu sans nombre passe à la manifestation, il prend d’abord une conscience plus ou moins virtuelle de son existence en tant qu’Être et devient l’Unité synthétique suprême; mais pour réaliser son individualité, il doit se différencier en parties. La différenciation en parties est une succession de comparaisons deux à deux. C’est le principe de dualité qui préside à l’affirmation de qui je suis et à ma prise de conscience de comment je prends ma place dans le monde. La dualité est donc une étape transitoire dans le processus d’obtention de la Soi-conscience. A demi-mot, il est question d’une transition à opérer, d’un cheminement à réaliser, en partant de l’Unité sans conscience pour retourner vers l’Unité, augmentée de la Soi-conscience. Quel est donc ce cheminement ?

Le principe universel de retour vers l’Unité

Si nous devions trouver un point commun entre les religions monothéistes et les sciences ésotériques, c’est bien le chemin de retour vers l’Énergie Primordiale. Il est souvent question de la dégradation de nos "facultés" ou "privilèges" dans un temps hors temps, qui se situe peu après la création du monde. Pour la religion catholique par exemple, il s’agit de la chute du Jardin d’Éden, où ayant mangé le fruit de l’Arbre interdit, l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, Adam et Ève sont chassés du paradis. Il s’agit alors de retrouver ce paradis perdu. Les civilisations brahmaniques parle de la Libération ou de l’Éveil. La Qabal Juive parle de l’involution-évolution. L’évolution de l’Être doit donc se dérouler en trois temps :

  1. L’état initial : l’Être est à l’état d’Énergie Primordiale, c’est une particule de la Source Divine. Détenant la Connaissance de l’Univers, puissant, créateur, et immortel, mais non conscient de lui-même. Il va être le siège, en permanence, d’une poussée vers la prise de conscience de lui-même.

  2. La densification de l’Énergie Primordiale. La prise de conscience passe par l’individuation. L’individuation passe par l’expérience de la dualité, qui ne peut s’effectuer sans la perte de ses immenses facultés et de la Connaissance. A travers l’incarnation et la réduction de ses perceptions aux cinq sens physiques, l’Être va vivre l’illusion d’être mortel. L’énergie Primordiale va se densifier progressivement jusqu’à devenir un corps tangible, qui évolue dans un monde où domine la matière sur l’esprit.

  3. La redécouverte de Qui Je Suis. Ayant atteint un apex dans le monde de la matérialité et étant pleinement conscient de sa singularité, l’Être va commencer sa remontée vers sa nature d’Énergie Primordiale. De plus en plus, il est attiré vers la spiritualité et l’esprit va peu à peu dominer la matière. Peu à peu, il va reconnaître son appartenance et celle des autres êtres au Grand Tout, ressentir la force de l’Amour unificateur. A l’arrivée, il va retourner à l’état d’Énergie Primordiale, à la fois conscient de lui-même et d’appartenir à l’Univers.


M’aligner avec mon Moi Divin

Il est donc à chaque fois question de devenir mon moi Divin conscient, en passant par la dualité, l’expérience de mon petit moi, mon égo. Sans le passage par la dualité et la détermination de "qui je suis", pas de Soi-conscience possible. Sans le retour vers l’Unité, sans le rappel de "qui Je Suis", pas de Soi-conscience possible non plus. Il s’agit donc au cours d’une expérience d’incarnation, de marier les deux, de les joindre, pour notre propre évolution. De cette formidable expérience, dépend donc la réponse à la question fondamentale : Qui Je Suis. Nous avons tous plus ou moins, en fonction de notre point d’avancement, expérimenté la dualité, qui conduit souvent à la division des familles, des peuples et du monde. Il s’agit à présent de se rappeler d’où l’on est tous partis, et ce vers quoi nous allons tous. A notre rythme.

​© 2019 - l'Arbre à Pain, numérologie & spiritualité

L'Arbre à Pain


Numérologie

Du lundi au Vendredi

De 9h30 à 12h30

  • Facebook

06 83 76 51 79